Accueil

Ayant constaté un manque cruel d’accès aux besoins essentiels pour pouvoir mener une vie digne et décente, nous avons décidé, en toute conscience, de ne plus rester passifs. Nous avons créé l’association « Solidarité partagée » qui a pour but de proposer aux réfugiés et aux demandeurs d’asile, un hébergement, un accompagnement et des activités en lien avec la population, contribuant au développement durable, notamment une ressourcerie et des jardins partagés. Ainsi nous les mettons en situation d’être acteurs responsables, citoyens, désireux de participer à la société et de contribuer au Bien commun.

À cette fin, nous avons « réquisitionné » le château de Leyris à Montpellier, laissé à l’abandon par la SNCF et que nous restaurons. Quand nécessité fait loi, l’usufruit est garanti… Nous y accueillons environ 80 personnes.

En effet, l’Etat ne remplit pas ses obligations, légales et morales, quand il n’assure pas les conditions matérielles d’accueil de ces personnes en très grande difficulté et qui ont besoin de protection. La pénurie de places d’hébergement est le résultat d’une politique délibérée, que nous n’acceptons pas.

Peu à peu, le Château est apparu comme la seule solution pour accueillir décemment les demandeurs d’asile. Les autres structures d’accueil étant complètement saturées, les travailleurs sociaux n’ont d’autre choix que de nous les rediriger plutôt que de les laisser à la rue, sans aucune ressource, sans aucun soutien, sans aucune perspective. On a même vu des policiers nous les envoyer pour qu’ils ne restent pas autour de la gare. Au château, ils peuvent enfin se poser, se reposer, s’alimenter, reprendre goût à la vie et se sentir en sécurité, améliorer leur français, refaire société, participer à des ateliers, à l’entretien des lieux, etc. Ils peuvent s’occuper, avec notre aide, de leurs démarches administratives. Nous n’ignorons pas l’impact des conditions d’accueil sur les possibilités d’aboutissement de leur demande d’asile. Nous revendiquons pour chacun l’égalité des chances et des droits.

Face aux menaces d’expulsion par la force publique, nous n’avons pas baissé les bras. Nous avons saisi le juge de l’Exécution, qui a le pouvoir, en vertu de l’article L412-3 du Code des Procédures Civiles d’Exécution, de nous accorder des délais, compris entre trois mois et trois ans, si le relogement des intéressés ne peut avoir lieu dans des conditions normales. Tel est le cas présent.

Nous sommes allés au TGI porter notre requête en mains propres. La cause a pu être entendue et le préfet aussitôt prévenu. Une audience a été fixée le 15 octobre 2018 à 9h. Parallèlement, l’avocate de la LDH (Ligue des Droits de l’Homme) a pris contact avec le directeur de cabinet du préfet pour essayer de connaître ses intentions. Il a fait le point sur le dossier et demandé à nous rencontrer ce mardi 9 octobre 2018 à 14h en préfecture.

De notre point de vue, il ne s’agit pas seulement de mettre à l’abri ceux qui sont là aujourd’hui, accueillis au Château. Il convient de prendre en considération ceux qui ne sont pas encore arrivés, après leur traversée du désert et de la mer Méditerranée. Quasiment tous les jours nous accueillons de nouveaux arrivants. Notre devoir de solidarité les concerne également. Nous demandons par conséquent des délais renouvelables, tant que l’Etat n’assure pas les conditions matérielles d’accueil de tous les demandeurs d’asile.

Sous la bannière de l’association « Solidarité partagée », nous continuons de remplir notre mission d’accueil et d’accompagnement, d’entraide et de solidarité. Nous nous devons de répondre aux besoins urgents, aux besoins des gens. Nous voulons suivre de près les dossiers de chacun. Pour ce faire, nous avons contacté les associations spécialisées comme la Cimade pour nous donner un coup de main.

Par lettre recommandée avec accusé de réception, nous avons interpelé le président de la Métropole, celui du Département et la Présidente de la Région, leur demandant de bien vouloir nous recevoir pour mieux leur présenter la situation et trouver des solution dignes d’un État de Droit, respectueux de la dignité de la personne humaine et de ses droits fondamentaux.

Vous vous demandez peut-être comment vous pourriez nous aider, les aider, à combattre l’inacceptable, l’injustifié? Vous avez le choix, la liberté:

Venez manifester le 15 octobre 2018 à partir de 8h30 devant le TGI!

Adhérez au projet et à l’association « Solidarité partagée »!

Osez! Venez nous rencontrer au Château, 7-9-11 boulevard Vieussens!

Parlez-en autour de vous! Il faut informer le peuple français et déconstruire les préjugés sur les migrations. Non, ils ne sont pas un fardeau pour les finances publiques! Economiquement, nous avons besoin de migrants qui travaillent, qui occupent les postes dont les français ne veulent pas, qui payent des impôts, des taxes, des cotisations pour alimenter notre système de retraite, et qui envoient de l’argent à leur famille restée sur place.

Vous pouvez parrainer ou marrainer un demandeur d’asile, pour l’aider dans ses démarches et l’accompagner en préfecture, si besoin est, pour le rassurer.

Vous pouvez faire un don, en argent ou en nature, un moyen de chauffage, une couverture, un vêtement chaud, des chaussures et des chaussettes, une écharpe, une bouillotte… De la nourriture, des médicaments. Actuellement, nous n’avons pas les moyens de faire poser l’électricité, régler les factures, acheter une bouteille de gaz chaque semaine, nous procurer les matériaux, l’enduit et la peinture pour finir de rénover le Château et ses dépendances.

Faites-nous parvenir vos témoignages, vos avis, vos recommandations! Est-il acceptable que l ‘Etat puisse remettre à la rue des personnes qu’il est censé héberger pendant toute la procédure d’examen de leur demande d’asile, réduisant ainsi à néant leur chance d’aboutir? Et de les abandonner à leur sort, sans rien, privés de tout, privés de droits, condamnés à errer dans les rues de l’obscure cité, et à mendier pour pouvoir manger. Ils n’ont pas le droit de travailler. Certains ne parlent pas français. Réduits à l’isolement social et relationnel, dans l’angoisse permanente d’être contrôlés et conduits en rétention, renvoyés dans un pays comme l’Italie de Matteo Salvini… Le Château, pour eux tous, c’est la première marche vers l’intégration, et le dernier rempart contre la barbarie. Trop nombreux sont ceux qui se retrouvent indûment placés sous procédure Dublin.

Nous participerons aux Etats-Généraux des Migrations (EGM), afin d’articuler les actions locales et les mobilisations collectives aux niveaux national et international, afin de revendiquer un droit d’asile effectif, une politique migratoire digne du pays des Droits de l’Homme, la suppression des procédures accélérée et Dublin, la liberté de circulation et d’installation, le droit de sauvetage en mer, un pavillon français pour l’Aquarius, etc.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier/montpellier-squat-chateau-solution-demandeurs-asiles-seuls-1553948.html

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/emissions/jt-1920-languedoc-roussillon

Solidarité partagée à la Carmagnole: