Lettre ouverte au préfet

Lettre ouverte au préfet du 23 oct 2018

Objet : Lettre ouverte au Préfet

Monsieur le Préfet,

Lors de notre premier rendez-vous du 10 octobre 2018, vous vous étiez engagé à suivre la décision du juge de l’exécution concernant l’octroi de délais à l’expulsion du château Leyris. A l’audience du 15 octobre, le juge de l’exécution a décidé de rendre sa décision le 19 novembre 2018.

Cette audience a pu confirmer que notre demande était justifiée par la présence d’étrangers malades, de femmes enceintes, de personnes traumatisées par faits de guerre ou de persécutions, par les conditions climatiques et la situation respective du propriétaire et de l’occupant, c’est-à-dire le droit d’asile et l’urgence humanitaire face à un droit de propriété sans projet.

C’est à vous seul de décider de l’expulsion forcée. Avez-vous demandé au commissaire du quartier de faire une enquête sur les conséquences de celle-ci? Nous n’avons pas reçu de représentant de la force publique, ni été convoqués par le commissaire du quartier, en vue de rédiger ce rapport sur les suites plausibles d’une telle expulsion. Il en va en effet de l’intérêt général que tout soit fait pour éviter un trouble à l’ordre public. Ce qui ne manquerait pas d’arriver si la police intervenait pour expulser manu militari plus de 80 personnes complètement démunies, mais solidaires.

C’est pourquoi nous vous demandons de bien vouloir geler votre décision d’autoriser le recours à la force publique. Rien ne vous y oblige. Vous pouvez très bien attendre que la SNCF engage contre l’Etat une procédure pour « non-exécution d’une décision de justice », et démontrer de cette façon la primauté des droits humains.

Nous tenons également à vous informer que nous avons, face à l’urgence de la situation, adressé au Maire de Montpellier une sommation pour qu’il exerce son pouvoir de réquisition, en vertu des articles L.2212-1 et suivants du code général des collectivités territoriales et L.641-1 et suivants du code de la construction et de l’habitation. Si le maire ne donne pas suite dans les 24 heures, la réquisition devient de votre compétence.

Nous vous prions de croire, Mr le Préfet, à l’assurance de nos salutations distinguées.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s